FR | EN

L'INCONNU DE VANIKORO

Le squelette découvert en 2003 par l’association Salomon au large de Vanikoro présentait un état de conservation remarquable. Quasiment complet, ce qui est extrêmement rare pour un sujet retrouvé en eau de mer, ce squelette a fait l’objet d’études anthropologique et paléopathologique. Celles-ci ont permis d’attribuer les restes humains à un homme de type européen, âgé de 30 à 34 ans et mesurant entre 1m65 et 1m70. Les insertions musculaires peu marquées et la gracilité des os suggéraient que l’individu ne possédait pas une musculature très développée. L’humérus gauche présentait une déformation avec un angle de 15°, très probablement une ancienne fracture consolidée mais sans conséquence fonctionnelle. Le fémur droit était plus court que le gauche sans que l’on puisse lui imputer une conséquence fonctionnelle sur la marche. Le péroné droit présentait une fracture dont l’origine peri mortem ou post mortem n’a pu être discriminée. La denture était incomplète (dents perdues post mortem) mais présentait un état sanitaire remarquable pour l’époque. Les cuspides objectivaient une forte abrasion ce qui permet d’évoquer trois causes possibles : le bruxisme, le type d’alimentation ou l’utilisation régulière d’un bâton dentaire. Le délai post mortem, estimé par la méthode chimique au bleu de Nil, a été évalué à 201 +/- 29 ans. Ce délai post mortem est tout a fait compatible avec la disparition des deux navire de l’expédition dirigée par Jean-François Galaup conte de La Pérouse. Cependant les caractéristiques anthropologiques et paléopathologiques du squelette ne pouvaient correspondre à cet illustre navigateur (lors de sa disparition La Pérouse était âgé d’au moins 47 ans). Mais si l’on prend en considération l’état sanitaire de la denture, la musculature gracile, l’âge de du sujet et une taille plus grande que la moyenne de l’époque on peut émettre l’hypothèse que les restes retrouvées appartiennent vraisemblablement à un officier de la marine royale ou un scientifique. Cette hypothèse peut être également corroborée par le fait que le squelette a été retrouvé à l’arrière de l’épave du navire, lieu où étaient généralement logées les autorités. Le travail de reconstitution faciale qui a été par la suite réalisé a permis de mettre un visage sur cet inconnu, seul témoin retrouvé du naufrage de l’expédition La Pérouse au large de Vanikoro.

Dr. Jean-Noël Vignal

Envoyer cette page à un ami

Afin d'envoyer cette page à votre ami, veuillez renseigner ci-dessous son adresse email:

Votre prénom:

Votre nom:

Son adresse email:

EXPOSITION

L'inconnu de Vanikoro

LIEU

Musée de l'histoire maritime de Nouvelle-Calédonie, Nouméa - Nouvelle-Calédonie

DATES / HORAIRES D'OUVERTURE

DU 27 Février 2006 AU 27 Février 2006

Toutes les photographies et textes contenus sur le site Internet www.daynes.com sont la propriété exclusive de l'Atelier Daynes (sauf indication contraire) et sont protégés en vertu des traités internationaux sur le copyright. Aucune image n’appartient au domaine public. Les photos ne peuvent être copiées, reproduites, redistribuées, projetées, utilisées ou modifiés de quelque façon sans la permission expresse écrite préalable de l’Atelier Daynés ou le paiement d’une redevance de droits d’auteur